MONASTÈRΕ SAINT NICOLAS ANAPAFSAS (ÁGIOS NIKÓLAOS) OU AGÍOU NIKOLÁOU ANAPAFSÁ

1510-2010 apr. J.-C.

500 ans de vie monastique et de témoignage sur l’Orthodoxie.

L’Histoire du Monastère              

En arpentant la route sinueuse qui vient du village de Kastráki, au cœur de l’état monastique d’Ágion Météoron (monastères des Météores), peu après la petite église de la Vierge de Doupiani (Panagias Doupianis), on rencontre le premier monastère Saint Nicolas Anapafsa des Météores.
En regardant vers le bas à partir de la roche sur laquelle est juché le monastère, petit mais particulièrement élégant, on prend aussitôt conscience des difficultés que rencontraient les moines ascétiques, lors de l’ascension, dans ces immenses rochers lesquels tels des langues de feu qui se hissaient dans le ciel.

Aujourd’hui, l’ascension vers le monastère de Saint Nicolas Anapafsas (Agíou Nikoláou Anapafsá) est agréable et relaxante, puisque le pèlerin traverse un paysage idyllique et verdoyant.
En arrivant au monastère, le pèlerin est en mesure d’admirer de près les excellentes fresques dans l’église principale du monastère.
Notre monastère a complété 500 ans de vie monastique et de témoignage sur l’Orthodoxie (1510-2010).
La fondation du monastère a été l’œuvre d’Ágios Dionysios dit le Miséricordieux, Évêque de Larissa et du Saint-diacre Nikanóras.

La théologie des Saintes Icônes
L’hagiographie orthodoxe se distingue ses traits modestes et pieux tout en se basant sur la beauté spirituelle et physique. Les saints personnages sont représentés sous une forme d’incorruptibilité, avec une robustesse spirituelle et physique, avec un esprit vaillant et courageux, avec une rectitude, honnêteté et intégrité. L’icône est une échelle qui permet notre ascension au ciel, mais également permet la descente des grâces du ciel sur ​​la terre!
L’icône est un point de rencontre entre le créé et l’incréé, le passé et le futur, “l’instant présent” et “l’éternité”.
L’église orthodoxe est le paradis terrestre, la demeure où le Dieu céleste habite et marche selon Saint-Jean-Chrysostome. L’église est hagiographique car “l’icône est un moyen de se souvenir. Et pour les illettrés, l’icône est à l’image de ce qu’est la Bible pour les lettrés…...

La peinture monumentale du XVIème siècle et Theophanes au monastère Saint Nicolas Anapafsas (Ágios Nikólaos Anapafsá).

Le XVIème siècle est considéré comme le siècle de l’apogée de la peinture monumentale dans les grands centres monastiques du Mont Athos (Ágios Óros) et des Météores.
L’hagiographe majeur représentant cet art est le moine Théophane Strelitzas Bathas, plus connu sous le nom de Theophane le Crétois.
Théophane le Crétois semble être le premier successeur accompli des anciens maîtres. Il décore des fresques représentant les scènes de la crucifixion et de la résurrection dans l’esprit du culte orthodoxe. Le mélange de tristesse, le sentiment authentique de notre foi, imprègnent toute sa peinture. D’ailleurs, Theophane raconte qu’il a été inspiré pour l’esprit et la forme de ses magnifiques fresques, ce qui leur donne cette couleur invariante.
Je souhaite au pèlerin un agréable séjour aux monastères des Météores et je l’invite à faire plus connaissance avec le grand maitre de l’école d’iconographie crétoise, Théophane le Crétois, celui qui a réalisé la décoration du Catholicon de notre Monastère.

Le Kathigoumène

Archimandrite Polycarpe
Από το Blogger.